Ils avaient disparu, ces arts martiaux renaissent

Actuellement, on remarque la popularité grandissante des AMHE ou Arts martiaux historiques européens. C’est en effet un véritable retour aux sources pour les adeptes de sports de combat. Ces AMHE n’ont plus été pratiqués depuis un bon temps, et voilà qu’ils réapparaissent et font de nombreux intéressés.

En quoi consistent les AMHE ?

D’après la définition officielle de la Fédération Française des Arts Martiaux Historiques Européens ou FFAMHE, il s’agit de l’étude et de la pratique des traditions martiales européennes qui sont éteintes. Les AMHE se basent sur une procédure de reconstruction des techniques d’arts martiaux depuis les sources historiques. Ils peuvent s’insérer dans un milieu de pratique contemporain et sécurisé. Pour se faire, ils usent de simulateurs et de protections adéquats. Il faut savoir que les AMHE rassemblent une grande diversité d’arts martiaux et de pratiques martiales, sur une période située entre l’Antiquité et le début du XXe siècle. Cela donne l’opportunité d’étudier et de pratiquer les arts martiaux avec différentes armes, mais aussi des formes variées de combat de corps à corps. Dans les AMHE, on peut identifier jusqu’à aujourd’hui environ 200 traités de combat comme la lutte ou le pugilat, des arts martiaux équestres avec ou sans armures, utilisant des armes telles que les épées de cour, les épées longues, les rapières, les dagues, ou les sabres militaires.

Quelle est la démarche des AMHE ?

Tout d’abord, la recherche de sources historiques sur le combat est le fondement basique des AMHE. Si vous souhaitez en voir, diverses sources sont à découvrir sur le Net grâce à la numérisation des nombreuses collections de bibliothèques. Ensuite, la procédure d’étude créée par les pratiquants d’AMHE repose sur plusieurs actions fréquentes comme la traduction et l’interprétation de la source, et sa mise en pratique. En gros, la pratique des AMHE devra systématiquement se baser sur un ou de nombreux documents historiques. Les intéressés peuvent pratiquer les AMHE de façon autodidacte en étudiant eux-mêmes les sources. Néanmoins, il est possible de demander l’aide d’un instructeur d’AMHE. Puisque l’étude et la pratique des AMHE se basent sur l’interprétation des sources historiques, elles peuvent évoluer avec le temps et être différentes en fonction de chacun. L’objectif de la FFAMHE est de favoriser les échanges entre les pratiquants, mais non pas d’harmoniser les interprétations. Autrement dit, les AMHE ne sont pas une fusion entre les différentes techniques martiales, ce sont plutôt les adeptes qui les comparent.